Parutions

Parution, Revue Essais, « Fictions d’identité »

Revue Essais

(Université Bordeaux Montaigne)

N° 11 2017

« Fictions d’identité »

Au sommaire, un avant-propos « Pour une approche littéraire de l’identité », des articles sur Saint-Augustin, Montaigne, Moravia, des aphorismes de François Vaucluse, des varia et des comtes-rendus, ainsi qu’un entretien de Lia Kurts avec François Rastier sur « aphorismes et identité », dont voici les premières lignes :

Lia Kurts : Vous vous inscrivez explicitement dans la lignée des écrits de Saussure (mais des écrits autographes, pas du Cours de Linguistique Générale, largement apocryphe, et parfois fautif) ; et précisément, si j’ai bien compris (je tente un résumé de votre position), la notion d’« aphorisme » est centrale chez Saussure, puisqu’elle définit tout bonnement sa méthode, et, de manière plus fondamentale encore, son épistémologie. Ses « aphorismes » correspondent de fait aux grandes dualités sur lesquelles est fondée son étude des langues (langue/parole, diachronie/synchronie, singulier/collectif, qui ne sont pas des oppositions, contrairement à ce que le CLG a laissé entendre). Ce sont donc, fidèles en cela à l’étymologie, des « délimitations » (apo-horizein), c’est à dire des dualités de saisie, de point de vue. Elles définissent un mode d’objectivation très spécifique: il n’y a pas dans sa théorie de fondement, ou d’axiome, ou de principe indéterminé, il n’y a qu’une multiplicité de points de vue interdépendants, dont aucun n’est plus fondamental que l’autre et qui sont tous nécessaires pour objectiver les réalités linguistiques….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Motorisé par: Wordpress