Parutions

Parution, « La Princesse légère », Héritages critiques

PARUTION

George Mc Donald

La Princesse légère et autres contes

« Collection Héritages critiques »

Bernard Teyssandier et Jean-Louis Haquette

Editions et presses universitaires de Reims (Epure)

Collection du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques & Littéraires (CRIMEL, EA 3311) dirigée par Bernard Teyssandier et Jean-Louis Haquette, Héritages critiques se présente de manière originale, en trois volets. Des textes précédés d’une présentation succincte (contextes) et accompagnés d’une bibliographie sélective. Une préface ou une postface qui propose des perspectives nouvelles. Enfin des études critiques inédites.

George Mc Donald

La Princesse légère

Auteur reconnu à l’époque victorienne, ami de John Ruskin et de Lewis Carroll, George MacDonald semble s’être évanoui dans les vapeurs épaisses de la révolution industrielle. La Princesse légère fait néanmoins partie des récits de cet écrivain écossais qui ont traversé le temps – et la Manche – avec succès. Cette histoire morale d’une princesse sans gravité enthousiasme encore les petits britanniques lesquels n’ont pas toujours un accès direct au texte, puisqu’ils se contentent d’explorer le royaume de Lagobel en empruntant d’autres chemins médiatiques, comme ceux de l’album, du film (BBC, 1985) ou de la comédie musicale.
Or même s’il reste peu connu Outre- Manche, George MacDonald n’en demeure pas moins une des grandes figures du patrimoine littéraire anglais. Ses contes merveilleux, dont il renouvelle la forme et les enjeux, fondent le genre de la fantasy moderne et ont inspiré des auteurs de premier ordre, tels C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien ou Madeleine L’Engle. Pour autant, la dernière traduction française de son best-seller, La Princesse légère remonte à 1981, et d’autres récits de MacDonald sont encore aujourd’hui introuvables, même en langue anglaise. En rassemblant une sélection de contes, cette nouvelle traduction, qui réunit plusieurs études critiques, cherche à pallier ce manque.

Contextes
par Yannick Bellanger-Morvan

Textes
établis et annotés par Yannick Bellanger-Morvan,
maître de conférences à l’Université de Reims et auteure d’une thèse sur les
contes pour enfants de C. S. Lewis
Adela Cathcart – Des bienfaits des histoires à raconter
La princesse légère
La cloche
Les ombres
Les épées brisées
Mon oncle Peter
Le coeur du géant
Les vacances du jeune Herbert Netherby
Le château : une parabole

Études critiques
George MacDonald, le Celte de l’Aberdeenshire par Benjamine Toussaint, maître de conférences à Sorbonne Université et membre du Centre de recherches VALE (EA 4085)

Les récits pour enfants de George MacDonald, terrains de jeu et d’expérimentation d’une littérature pour la jeunesse florissante et d’une fantasy émergente par Virginie Douglas, maître de conférences habilitée à diriger les recherches à l’Université de Rouen Normandie

« Parfois les contes sont le meilleur moyen de le dire » : les paradoxes de la fantasy chez George MacDonald, C. S. Lewis, Madeleine L’Engle et J. K. Rowling par Anne-Frédérique Mochel-Caballero, agrégée d’anglais et docteure en langue, littérature et civilisation des pays anglophones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Motorisé par: Wordpress