Parutions

Parution, NU(e) Numéro 69 « Michèle Finck »

PARUTION

NU(e)

Numéro 69

« Michèle Finck »

Numéro coordonné par Patrick Née

avec la collaboration de Béatrice Bonhomme et Danielle Pastor

Ce numéro de Nu(e), consacré à l’oeuvre de poésie de Michèle Finck, se compose d’un grand entretien tenu avec Patrick Née ; d’un ensemble de poèmes inédits de l’auteure, Cris-femmes, témoignant du dernier état de son inspiration ; de poèmes (Pierre Dhainaut, Laurence Breysse-Chanet, Jean-Yves Masson, Patrick Quillier) ou musique (Gualtiero Dazzi) qui lui sont dédiés en hommage ; de lettres qui lui furent adressées par plusieurs des grands témoins du poétique en notre temps (Yves Bonnefoy, Salah Stétié, Claude Vigée, Bernard Noël, Jean-Pierre Richard).
Leur succède un riche cahier d’études critiques, abordant tout d’abord le sonore dans le poétique (Jean-Baptiste Para, François Lallier, Patrick Née) ; le rapport à la musique (Muriel Denèfle, Michela Landi, Patrick Quillier, Marik Froidefond) ; le développement de l’oeuvre (Fabio Scotto sur L’Ouïe éblouie, Jérôme Thélot sur Balbuciendo, Christine Dupouy sur les quatre recueils de l’auteure) ; la question du genre (Laetitia Reybaud sur l’élégie) et du mythe (Irène Gayraud sur Orphée) ; le tissage des langues et des cultures (Alfons Knauth, Olivier Kachler, Britta Benert) ; enfin l’intime rapport de la poésie aux arts (peinture pour Sophie Guermès, sculpture pour Claire Gheerardyn, cinéma pour Patrick Werly).
Une bibliographie complète des publications et activités de l’auteure concernant la poésie conclut le numéro – qu’il s’agisse de son oeuvre ou de ses travaux critiques. Michèle Finck exerce en effet la fonction de professeure de Littérature comparée à l’Université de Strasbourg, et pratique, outre le français, cinq grandes langues poétiques vivantes (allemand, anglais, italien, espagnol et russe) – sans oublier le latin et le grec de sa formation d’ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Sèvres. La liste des contributeurs et la table des illustrations (portrait par Laury Granier, dessins de Coline Bruges-Renard) ferment la marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Motorisé par: Wordpress