Evènements

Soutenance de thèse, Adelaide Pagano, U. de Salerne, 24 juin 2022

SOUTENANCE DE THÈSE

Adelaide Pagano

« Le ‘Fragment sur Shakespeare’ (1780) de Martin Sherlock entre Naples,
Paris et Londres. Édition critique numérique. »

Direction Jean-Louis Haquette

24 juin 2022 à 11h

Université de Salerne

Adresse de la soutenance : Università degli Studi di Salerno Via Giovanni
Paolo II , 132 Fisciano (SA) – salle aula magna

Résumé de la thèse en français :
L’écrivain, voyageur irlandais, Martin Sherlock (1750-1790) représente l’un des cas les plus intéressant d’auteur cosmopolite de l’époque des Lumières. Ses œuvres offrent une perspective intéressante sur les thèmes et les sujets sur l’art et la littérature les plus débattus du temps, et surtout il s’insère dans le contexte de réception de Shakespeare en Europe, auquel il participe activement avec son « Fragment sur Shakespeare » (1780). Extrait d’un ouvrage écrit en italien et publié à Naples, le « Consiglio ad un giovane poeta » (1779), ce petit texte fait l’objet d’une importante circulation en Europe, qui aboutit à sa traduction en anglais en 1786, sous le titre de « A Fragment on Shakespeare ». En effet, Sherlock écrit son texte italien avec le but de donner aux jeunes Italiens des conseils pédagogiques en leur indiquant les modèles littéraires, et en leur montrant l’exemple de la puissance de Shakespeare. Toutefois, cet écrit cause une longue série de critiques dont l’écho arrive jusque dans la presse française, où il obtient un bon succès également avec ses ouvrages viatiques, « Lettres d’un Voyageur anglois « (1780) et les « Nouvelles Lettres d’un Voyageur anglois » (1781). Dans ses œuvres viatiques, tout comme dans le « Fragment », le chanoine irlandais use du débat sur les modèles esthétiques et, en particulier, sur Shakespeare, pour offrir ainsi un écrit complexe et riche de réflexions qui était à la base des nouvelles conceptions esthétiques dont le Barde était l’ambassadeur. Le « Fragment » est ainsi présenté dans toute sa complexité avec une édition critique numérique trilingue, qui montre la fluidité du texte, qui passe d’une langue à l’autre – notamment l’italien, le français et l’anglais – en s’enrichissant de thèmes et réflexions sur Shakespeare

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Motorisé par: Wordpress