Evènements

Séminaire CERIEL, Adrien Cavallaro, « Lautréamont, Rimbaud et nous », U. Strasbourg, 14 novembre 2019

CERIEL

Université de Strasbourg

Conférence d’Adrien Cavallaro (Université de Grenoble) sur

« Lautréamont, Rimbaud et nous :

construction, sédimentation, usages d’un paradigme surréaliste »

Jeudi 14 novembre, 18h, salle 409.

Résumé : On sait quel poids les figures de proue du groupe surréaliste, dès les années 1920, ont donné à Rimbaud et à Lautréamont dans la redéfinition polémique d’une histoire de la modernité, au point que ce couple, encore impensable au début du siècle, a très vite pris les dimensions d’un stéréotype critique qu’il serait pourtant fécond d’interroger à nouveaux frais. Car c’est moins dans le recensement de la référence massive aux deux poètes (qui confirmerait une perspective traditionnelle selon laquelle Breton et Aragon auraient progressivement nourri des sentiments mêlés à l’égard de Rimbaud, tout en conservant une indéfectible fidélité à Lautréamont), que dans l’examen des modalités critiques et poétiques de leur contemporanéisation conjointe, que se donne à voir l’originalité de cette promotion des Dioscures de la modernité poétique. On proposera ici une approche de ce processus de contemporanéisation à partir d’une mise en regard des usages des oeuvres de Lautréamont-Ducasse et de Rimbaud par les surréalistes de l’entre-deux-guerres, qui ne coïncident pas nécessairement avec le discours critique sur des poètes qui donnent prise, par ailleurs, de façon très diverse, au déploiement d’un imaginaire biographique ou pseudo-biographique essentiel à la définition d’une participation à l’« aventure » moderne.
Adrien Cavallaro est maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes. Spécialiste des questions de réception et de la poésie du XIXe siècle, en particulier de Rimbaud et de Verlaine, il a consacré un ouvrage à la réception rimbaldienne (Rimbaud et le rimbaldisme, Hermann, 2019) et codirige le Dictionnaire Rimbaud, à paraître chez Classiques Garnier. Il s’intéresse également aux oeuvres de Victor Segalen, qu’il contribue à éditer pour la « Bibliothèque de la Pléiade », ainsi que d’Aragon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Motorisé par: Wordpress